Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Théâtre de la vie

Indubitablement, l’un des meilleurs souvenirs de mes années lycée, c’est le théâtre. L’établissement dans lequel j’étais scolarisé proposait un partenariat avec l’Usine Hollander, une ancienne maroquinerie du XVIIIe siècle, en bord de Seine à Choisy le Roi (94), réhabilitée et transformée en lieu de mise en scène, et dirigée par Patrice Bigel, metteur en scène et directeur de la troupe La Rumeur.

Avec le concours de notre professeur Bernard Fauveau, nous travaillâmes sur une adaptation de Casimir et Caroline, par Horváth. Le lieu de l’action était déplacé de la Fête de la Bière à l’univers du cirque, où chacun faisait des tours, des acrobaties, jouait de la musique… Maquillés comme des clowns, nous interprétions les rôles de ces personnages désespérés sur fond de crise amoureuse, sociale, économique. C’était un spectacle monstre où nous étions une quarantaine de comédiens, et qui me valut un 16 au bac.

Plus tard, avec des amis, je fondai une troupe de théâtre, et je travaillai avec eux sur plusieurs spectacles. Je jouai aussi dans des courts-métrages, dont Le Sens de la vue, par Thomas Geiger, Julien Guevel et Benjamin Bottin, réalisé pour l’EFET, établissement délivrant des formations en communication visuelle.

De ces années, il me reste un goût très développé pour le théâtre, et, en tant que spectateur désormais, je hante les salles de France et de Navarre, dont celles du Festival d’Avignon, où je ne manque pas de me rendre chaque année…